La performance des cabinets d’audit à la CRCC de Paris

La performance des cabinets d’audit à la CRCC de Paris

Thierry Gillmann - 17 août 2020 17:15:41

Bonnes pratiques Management Comptabilité Comptables CRCC


Dans une conférence récente de la CRCC de Paris, Nathalie Lutz et Julien Younès ont présenté les travaux de la commission « Performance des cabinets ». Comment être plus efficace et plus rentable ? La réponse par les process, par la formation… et par les bons outils. Beeye a été largement cité. Synthèse.

Vice-présidente de la CRCC de Paris, Nathalie Lutz a récemment présenté une conférence intitulée : « L’expérience auditeur : les solutions pour gagner en performance ». Pendant plus d’une heure, elle a passé en revue les différents outils qui peuvent concourir à la performance des cabinets, tout au long de leurs missions. Beeye y a été largement à l’honneur dans la partie consacrée à la mise en place et au suivi des missions d’audit.

Les travaux de la commission Performance des cabinets de la Compagnie ont mis en évidence trois objectifs interdépendants pour les auditeurs aujourd’hui :

  • Savoir vendre d’autres missions que son cœur de métier,
  • Trouver le temps de développer son chiffre d’affaires,
  • Etre plus efficace pour délivrer plus, délivrer plus vite, et délivrer mieux.

Pour proposer les outils les plus à mêmes d’y contribuer, Nathalie Lutz propose d’analyser la chaîne de création de valeur de la profession d’auditeur, depuis la prise de mission jusqu’à la présentation finale au client, et de détailler à chaque étape les « points de souffrance » (painpoints) et les points de frustrations. Une fois identifiés les besoins à satisfaire, la réponse comportera à la fois des outils, des process et des formations, tous adaptés aux particularités du cabinet.

 

« Une mauvaise planification peut faire dérailler la mission dès le départ »

Une mauvaise planification d’une mission d’audit aura des conséquences lourdes et durables sur le travail de l’équipe, mais aussi, souvent, sur la qualité du rendu, souligne Nathalie Lutz : « Elle peut faire dérailler la mission dès le départ ». Parmi les répercussions, on liste :

  • Le manque de contrôle sur la rentabilité de la mission,
  • Un budget inadapté à la réalité de la tâche, faute d’une analyse correcte des boni-mali de l’année précédente ;
  • La perte de temps sur des tâches à faible valeur ajoutée ;
  • Les conflits d’agendas ;
  • Une mauvaise communication à l’intérieur de l’équipe et vis-à-vis des clients ;  
  • Le mécontentement des clients…

« Une grande partie des cabinets ne suit pas ses temps correctement », déclare la Vice-Présidente, rejointe sur ce point par Julien Younès, jeune expert-comptable et vice-président de l'ANECS national. Ce dernier reconnait que les collaborateurs, quel que soit leur âge, n’apprécient guère le système des feuilles d’heures. Il faut pourtant bien suivre cette ressource rare ! C’est à ce moment qu’il introduit Beeye : « Beeye résoud le problème en pré-automatisant la saisie des temps », déclare t-il.

 

Beeye, un outil triple-action

Connaitre les besoins pour bien allouer ses ressources humaines, disposer d’un tableau de bord des temps consacrés aux missions, permettre une analyse fine de sa rentabilité, traquer le sur-audit… : autant de nécessités indispensables aujourd’hui, souligne Nathalie Lutz, pour améliorer le fonctionnement du cabinet et son efficacité.

Beeye adresse en même temps les 3 painpoints clés de la profession, explique Julien Younes

  • La valorisation des ressources
  • Le planning d’audit
  • La gestion des boni mali

Avec Beeye, continue-t-il, « à chaque mission on affecte des ressources, on adapte en temps réel les plannings selon les besoins, les absences, les urgences. L’outil assure la saisie des heures et permet de lire les boni mali temps passé / budget provisionné. Résultat : on gagne du temps et on optimise ses process. Sans compter qu’on peut toujours utiliser Excel si on veut ! »

« Disposer d’un outil de gestion comme ça, c’est très structurant, résume Nathalie Lutz. Le discernement que l’on en retire entraîne la maîtrise d’un audit complet et satisfaisant. »

 

La montée en puissance du travail collaboratif

La dimension RH constitue l’une des plus grandes difficultés auxquelles la profession doit faire face. « Le marché du recrutement des auditeurs est hyper-tendu ; nous avons du mal à recruter sans surenchère salariale, nous avons du mal à fidéliser nos collaborateurs, et parfois des clients se plaignent du turn-over. Gérer les compétences est plus que jamais une priorité, et c’est là que nos capacités d’adaptation sont mises à rude épreuve », illustre Nathalie Lutz.

Le confinement et le télétravail ont entraîné un développement rapide de l’usage des outils collaboratifs, comme Teams, Trello, Slack, etc. Ils permettent de fluidifier sans perte de substance les échanges entre les membres de l’équipe et avec les clients. Julien Younès présente ainsi l’outil de Microsoft : « Teams c’est bien plus qu’une solution de visio. C’est un outil Sharepoint (un genre de GED) où on dépose les documents, où l’on trouve des onglets pour chaque équipe-mission ; on y échange des pièces en interne et avec les clients, le tout dans une interface unique. »

Complété par Beeye, l’usage de Teams permet de faire gagner du temps et de la précision. C’est aussi un outil de cohésion de l’équipe, qui permet à la fois de passer des messages internes mais aussi de mieux écouter nos collaborateurs.

 

Visionner l’intégralité de la conférence :